Programmation

Aliénés de tous les pays, unissons-nous ! – Discussion et table ronde

Le samedi 12 avril 2014 dès 14 h
De gauche à droite : Gilles Simard, Yann Le Bossé, Mario Bousquet, Simon Vermette, Maya St-Laurent et Gina Caron.De gauche à droite : Alain-Martin Richard, Vongchanh Souksavath (interprète), Chamaiporn Wadkhien, Pilvi Keto-LeBlanc, Alessandro Imbriaco, Sylvie LaroucheDiscussion avec le publiccarton_alienes_RV
DISCUSSION AVEC LES ARTISTES À 14 H
TABLE RONDE SUR L’ALIÉNATION À 15 H

Musée national des beaux-arts du Québec
Salon Paul-Rainville
Entrée libre

Dans le cadre de l’exposition Aliénés de tous les pays, unissons-nous !, Folie/Culture vous invitait, le samedi 12 avril, à prendre le pouls de la folie mondialisée en assistant à 14 h à une discussion avec les artistes de l’exposition et à 15 h à une table ronde sur l’aliénation.

En premier lieu, une discussion avec les cinq artistes de l’exposition animée par Alain-Martin Richard — performeur et essayiste — se tenait à 14 h. Vous avez pu entendre Alessandro Imbriaco (Italie), Pilvi Keto-LeBlanc (Finlande), Sylvie Larouche (Canada), Hrair Sarkissian (Syrie/Grande-Bretagne) et Chamaiporn Wadkhien (Thaïlande) vous livrer leur réflexion sur la migration, le déracinement, la marginalité, l’anorexie et la dissociation.

Ensuite, à 15 h, avait lieu une table ronde, animée par Mario Bousquet, coordonnateur du programme Clés en main, avec : Gina Caron, anthropologue et chercheuse en éthique appliquée, Yan Le Bossé, professeur titulaire au Département des fondements et pratiques en éducation de l’Université Laval, Gilles Simard, pair aidant en santé mentale, une participante au projet L.U.N.E. et un représentant de l’organisme Point de Repères, qui se sont exprimés sur la prise de parole des sans-voix, des marginaux, des aliénés.

« Peut-on parler de mouvement social des personnes utilisatrices de services en santé mentale sans parler de construction de parole collective ? Ce passage du « je » au « nous ». Quelles sont les conditions pour que cette parole puisse se dire ? Se construire ? » (Gina Caron sur Facebook, 14 janvier 2014)

Comment donner une voix aux sans-voix, aux exclus, aux personnes aliénées ? Sommes-nous tous aliénés ? Ou, du moins, sommes-nous tous, individuellement, l’aliéné de quelqu’un ? Où commence l’aliénation individuelle ou collective et où se termine-t-elle ? Sur quelles bases nous jugeons-nous et jugeons-nous les autres comme des êtres aliénés ?

Pour information : 418-649-0999 ou folieculture.org